Stans – Stanserhorn

Stanserhorn

Le Stanserhorn a pour particularité d’être relié par une télécabine cabriolet. C’est donc les cheveux au vent que je suis descendu de ce sommet. Mais c’est bien à pied que j’ai atteint le point culminant du Stanserhorn, voisin du célèbre mont Pilate. Une vue majestueuse sur la région du lac des Quatres-Cantons vaut à elle seule le déplacement.


LiveCam
télécharger le fichier GPS
7,8 km
447 m
1897 m
1481  m
34 m
 4h25


Au départ

Depuis Lucerne, prendre le train en direction d’Engelberg. Une fois à Stans, passer par le sous-voie et sortir derrière la gare, tourner à gauche et se diriger vers le panneau jaune bien visible indiquant le Stanserhorn. Si vous venez en voiture, il y a un grand parking sous-terrain à la gare, voici le lien —> http://bahnhofparkingstans.ch/


La randonnée

Je traverse la petite ville de Stans, je passe derrière l’église et je me retrouve assez vite à travers champs. Le Stanserhorn est très visible et j’aperçois également le funiculaire tout en bois qui rejoins la station de télécabine. Ça grimpe gentiment et j’arrive assez rapidement au lieu dit de « Chälti », point de rencontre entre le funiculaire et la télécabine. Jusque là, rien de bien extraordinaire mais la déclivité va changer.

En effet, l’ascension se fait plus rude. Le sentier suit la ligne de téléphérique passant de chemin forestier à des séries d’escaliers plus ou moins longues. Le chemin est très bien entretenu. J’entends régulièrement, cachée par les arbres, la cabine descendre ou monter à toute allure. De virolet (en Suisse, un petit virage) en virolet, j’arrive à mi-parcours du téléphérique où est également, la limite où les arbres disparaissent. Je peux donc m’installer confortablement sur un banc arrosé de soleil, me reposer et profiter enfin d’une vue bien dégagée.

Il y a régulièrement des randonneurs qui passent et montent également au sommet, je ne pensais pas en voir autant mais c’est tant mieux.

Je vous parlait ultérieurement de virolets, et bien à partir de là, il y en a une multitude à travers pâturages. Ce n’est pas très encouragent car en levant la tête je peux voir assez haut tous les randonneurs en zigzag. C’est visuellement artistique mais physiquement éprouvant. A partir du centième virage (j’exagère mais à peine), le chemin s’éloigne du sommet et devient plat. Un peu de répit avant l’ultime montée. Un dernier effort qui se fait le long de la crête où je peux enfin voir ce qui se passe de l’autre côté de la montagne.


Arrivée au sommet

J’aperçois, quasiment au moment d’y arriver, le restaurant et le point d’arrivée de la télécabine. Il faut ensuite encore marcher quelques minutes afin d’atteindre le sommet.
Tout est très bien aménagé ,chemins, terrasses, plateformes de vue, places de pique-nique, le restaurant tournant. On semble avoir pensé à tout. La vue est magnifique, Lucerne, les lacs, le Pilatus le Titlis, le Rigi et plus encore.

Le temps de prendre des photos, des vidéos et de profiter de l’endroit que je songe déjà à repartir et évidemment, me retrouver sur le toit de la télécabine Cabrio. Ça me titille depuis que j’ai vu les cabines passer rapidement au-dessus de moi pendant ma montée. Il est à peine plus de midi lorsque je monte dans la cabine, il y a donc peu de monde et je peux en profiter pleinement. Je me mets tout devant et c’est parti!!

La sensation est curieuse mais il est agréable de sentir le souffle frais et d’avoir une vue totalement ouverte. Le fait d’avoir une terrasse sur la cabine  justifie que celle-ci n’est pas suspendue mais posée sur deux câbles, on a l’impression de voler, de glisser silencieusement… Une sensation proche d’un manège.

La télécabine arrive à la station, il faut changer de véhicule. Finie la modernité, place au bucolique. Autrefois le sommet du Stanserhorn était relié par un funiculaire et il subsiste encore un tronçon en activité. Le funiculaire est tout de bois, lent, bruyant mais c’est ce qui fait tout son charme. Le principal est, qu’il me ramène à Stans….

L’ascension était sympa mais sans plus. Par contre le sommet vaut la peine d’être vaincu, ne serait ce que pour en descendre….


Des questions, des informations, des problèmes? Contactez-moi:  admin@monter-en-haut.ch

N’hésitez pas à faire part de votre expérience de cette randonnée dans les commentaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *