Wimmis – Niesen

Le Niesen a comme surnom « la pyramide suisse ». A voir la photo ci-dessus, il n’y a pas de doute à avoir. Haute de 2362m, cette montagne inspira de nombreux artistes tels Ferdinand Hodler (1909), Paul Klee (1915) ou Cuno Amiet (1926). Donc gravir cette montagne est un peu partir à l’intérieur d’une peinture. Une ascension continue et surtout, sans faux-plats.



 télécharger le fichier GPS
9,24 km
628 m
2362 m
1763 m
29 m
  5h09


 

Au départ

Wimmis est un petit village situé sur la ligne de train Spiez-Zweisimmen. Seulement 5 minutes de trajet depuis Spiez et me voilà arrivé. Si vous y venez en voiture, sortir de l’autoroute avant Spiez, sortie Lattigen en suivant la direction de Zweisimmen et en quelques minutes vous arrivez à Wimmis. Plusieurs parkings s’offrent à vous, voir ici.

Au départ de la gare de Wimmis le chemin est indiqué, difficile de ne pas voir le Niesen, c’est direction plein sud.

 

En route

Le chemin serpente à travers le village de Wimmis et dès sa sortie, s’enfonce dans la forêt. Jusque là, rien de bien extraordinaire et le chemin s’élève enfin. Je monte d’un bon rythme, la forêt est dense mais laisse de temps à autres apercevoir une vue dégagée sur le lac de Thoune et également sur le Stockhorn qui n’est pas bien loin. Environ 2 heures de marche et j’arrive dans un lieu dégagé non loin du Färichegg. On voit clairement que le chemin traverse sur 200 mètres une partie où la montagne s’est détachée. Par ailleurs, un indice non négligeable, un panneau vous dit de traverser vite et de ne pas vous arrêtez. L’endroit est propice aux chutes de pierres encore instables. L’endroit est dépourvu d’arbres mais non pas de rochers. Ce n’est pas la confiance qui règne, et même si le risque est minime, je traverse d’un bon pas.

Le chemin longe ensuite la pente avant de clairement bifurquer sur le sommet. Je ne le sais pas encore mais une difficulté m’attend. J’arrive sur une pente à la vue dégagée. Il n’y a plus vraiment de chemin mais plutôt les pâturages.  La montée est très raide et longue. Le plus dur est de ne pas lever le yeux, car je vois la fin de cette pente, mais le problème est, qu’elle est loin. Je fais de petits pas et ne peux m’empêcher de lever les yeux en me disant que j’arrive au bout. La déception est chaque fois au rendez-vous, j’ai l’impression de ne pas avancer. La voilà, la difficulté. Ne pas se décourager, avancer à son rythme et finalement la pente s’adoucit. Mais que cette partie était difficile. Quoi qu’il en soit le sommet n’est plus très loin….

 

Arrivée au Niesen

Effectivement après une dizaine de minutes sur le chemin caillouteux et sinueux, j’arrive à la hauteur de l’auberge . La cime se trouve derrière, encore une petite montée et j’arrive sur la terrasse panoramique et par conséquent, au sommet du Niesen. D’ici je peux voir tout le lac de Thoune au nord et le Kandertal et une bonne partie des alpes au sud… Magnifique…

Une randonnée avec quelques parties difficiles mais pas technique. Le chemin est bien entretenu et bien signalé. Une belle marche où dès la montée amorcée, ne comptez plus sur un faux-plat pour vous reposer, ça monte tout le temps.

Après un repos bien mérité, je prends le funiculaire qui redescend à Mülenen. Il y a une gare à Mülenen, elle se trouve près de la station du funiculaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *